Volailles festives

 

Dinde Noire

Avec sa chair tendre et onctueuse, la dinde est le plat de Noël par excellence. Nous vous proposons la dinde noire qui peut aussi être appelée Bétina ou dinde du Gers. Elevée selon un mode d’élevage favorisant le bien-être des animaux par une densité raisonnée et une durée d’élevage minimum de 180 jours, c’est une souche rustique à croissance lente qui bénéficie d’un élevage traditionnel exceptionnellement long et en plein air sur un vaste territoire d’1,5 ha composé d’une prairie et d’un bois de châtaigniers et de chênes qu’elle peut explorer toute la journée. Elle bénéficie d’une alimentation 100% végétaux, minéraux et vitamines, dont au moins 65% de céréales, sans facteur de croissance. Son alimentation enrichie en maïs au cours du dernier mois d’élevage lui permet de développer une fine couche de graisse sous la peau qui fond délicatement à la cuisson.

Dinde Grise

Aussi appelée dinde bronzée ou dinde d’Amérique, c’est une souche qui peut avoir une double destination. Elle peut être rôtie comme la dinde noire mais également être découpée en escalopes et en rôtis. Elle est élevée avec les dindes noires et bénéficie donc des mêmes conditions.

 

 

Chapon

Inventé par les Romains et très prisé au Moyen Age, le chapon est le produit festif par excellence. Le chapon est un poulet mâle castré avant 9 semaines, sous la responsabilité d’un opérateur expérimenté. Il est élevé dans un poulailler traditionnel selon un mode d’élevage favorisant le bien-être des animaux par une densité raisonnée et une durée d’élevage minimum de 180 jours. Il dispose d’un vaste parcours herbeux ombragé par des noyers et bénéficie d’une alimentation 100% végétaux, minéraux et vitamines, dont au moins 65% de céréales, sans facteur de croissance. Environ un mois avant les fêtes, le chapon est élevé à l’intérieur, protégé de la lumière et des intempéries afin d’éviter déplacements et stress. Durant cette période, nourri à partir de produits lactés, dans le calme, il s’engraisse délicatement en persillant ses muscles. Recherché pour sa chair moelleuse et sa saveur incomparable, il ne demandera plus qu’à être servi cuit à la broche ou en cocotte, truffé ou non, le soir du réveillon.

Chapon de pintade

Autrefois servi lors des repas de fêtes, le chapon de pintade avait quelque peu disparu. Depuis quelques années, sa chair persillée, son goût noble et délicat, son parfum proche de celui du gibier font le bonheur des fins gourmets qui découvrent à nouveau ce produit d’exception. Le chapon de pintade est élevé de manière traditionnelle selon un mode d’élevage favorisant le bien-être des animaux par une densité raisonnée et une durée d’élevage minimum de 170 jours. Le chaponnage chirurgical se fait avant 13 semaines, sous la responsabilité d’un opérateur expérimenté. Il bénéficie d’une alimentation 100% végétaux, minéraux et vitamines, dont au moins 65% de céréales, sans facteur de croissance. Au cours du dernier mois d’élevage l’alimentation est enrichie de produits laitiers.